Le mangeur d'algues idéal?

Le plus petit poisson-chat suceur d'Amérique du Sud, le genre Otocinclus.

par Bob Fenner

Des trente familles vivantes de poissons-chats, peu sont prisées comme poissons d'aquarium.  Les poissons-chats cuirassés Callichthyidae, (Corydoras, Diadema, p.e), aux longues moustaches, le ravissant Synodontis de la famille des Mochokidae et la famille des Plecostomus sud-américains, poissons-chats suceurs, les Loricaires.  Ces derniers sont souvent appelés à remplir un double rôle dans un aquarium : être beaux et former l'équipe d'éboueurs, nettoyant les algues et autres déchets laissés par les autres habitants du bac.  Ces deux fonctions ne réussissent pas souvent à faire bon ménage.  Il y a quelques principes de base à respecter à propos des Loricaires tels que la qualité de l'eau qu'ils préfèrent et tolèrent et aussi la dispense d'une nourriture appropriée à ces poissons.  Beaucoup d'espèces se trouvent encore dans les limbes de la taxonomie et nombreuses(au moins deux cents) doivent encore être décrites scientifiquement.  Certaines de ces espèces sont grandes, atteignant plus de 60 cm de longueur et territorialement assez agressives, se battant contre n'importe quel autre habitant du bac.  D'autres comme le genre Otocinclus dont parlera cet article, sont petites, moins de 10 cm et discrètes.

En compulsant les données électroniques(bulletins, revues, articles, etc) au sujet des poissons d'eau douce, des plantes et des aquariums, j'ai relevé un intérêt certain pour ces petits poissons suceurs.  J'ai également noté un nombre certain de causes d'échecs dans leur acclimatation.  La clé du succès de l'Otocinclus n'est pas mystérieuse ni secrète.  Après que j'eusses manipulé des centaines de boîtes importées contenant ces poissons et prêté une attention particulière à leur production commerciale en Extrême Orient, j'en suis arrivé à cette conclusion :"comme c'est souvent le cas dans toutes les cultures de poissons, les principaux soucis à se faire sont simplement la sélection, une eau d'une qualité propre, l'environnement et la nourriture".

Classification : Taxonomie, relation avec les autres groupes.

Les poissons-chats sont un grand assemblage de 34 familles, 412 genres et 2405 espèces décrites pour former l'Ordre des Siluriformes.  Les poissons-chats cuirassés de la famille des Loricariidae, appelés collectivement "plecostomus" ou "plecos" par les amateurs, forment un groupe énorme à eux seuls.  La plus grande famille de poissons-chats avec 80 genres et 600 espèces connues, certains systématiciens sous-divisent les Loricaires en 5 sous-familles en se basant sur les caractéristiques de la cuirasse de la tête.(Voyez à ce sujet : Nelson 1994, Burgess 1989).

Vous connaissez ces poissons, aplatis dorso-ventralement(du dessus vers le bas), avec une bouche/ventouse lippue et affichant des barbillons réduits.  La cuirasse est parsemée de plaques(loricar signifiant "cuirassé" en latin), on note aussi leurs yeux, ceux-ci avec une pupille en forme d'Omega, se dilatent et se contractent en fonction des variations de l'intensité lumineuse.  La plupart des yeux des poissons avancés ont des pupilles fixes.

Le genre Otocinclus présente au moins 20 espèces sans compter celles qui doivent encore faire l'objet d'une description scientifique.

Quelques notes rapides suite à la comparaison avec d'autres mangeurs d'algues.

Espèces remarquables d'Otocinclus profitables à l'aquariophile.

Le classement ou plus exactement l'identification de ces poissons-chats dans le commerce des poissons d'ornement est souvent erroné.  Que cela n'inquiète pas trop l'amateur.  Tous les membres du genre sont également résistants et travailleurs.  La taxonomie est basée sur le nombre d'écailles, les dents et le modèle de cuirasse sans oublier les dimensions du corps.

Mentionnons en passant deux genres très proches : Parotocinclus et Hypoptopoma.   Quoique rarement importés, certains de ces poissons sont captivants et  aussi appropriés qu'Otocinclus.

Origine.

Les loricaires sont d'eau douce uniquement et se retrouvent dans le Nouveau Monde de Panama à toute l'Amérique du Sud.  Les eaux habitées sont de basse altitude jusqu'à plus de 3.000 mètres, stagnantes ou disposant d'un courant léger.  Le genre Otocinclus est quant à lui confiné aux eaux rivières et fleuves de basse altitude de l'immense bassin amazonien, principalement les régions du Rio Grande do Sul et de La Plata.

Sélection : générale et spécifique.

Choisissez des poissons en bonne santé, cela est une tâche cruciale et difficile et malheureusement ne disposant pas de boule de cristal, je ne puis vous y aider.  Certains envois de poissons sont en ordre à 100% alors qu'à l'opposé d'autres laissent à désirer (avec plus de 50% de pertes en moyenne);.  les uns avec peu de pertes, les autres par contre avec une mortalité générale sans motif apparent.  Quelques conseils utiles :

A l'intention des commerçants/revendeurs :

Vous qui recevez et détenez ces animaux pour un certain temps(à l'opposé des sociétés de transport et de manutention) :

  1. utilisez de l'eau acide et du bleu de méthylène(pour sa faculté de transporter l'oxygène et son effet anti-microbien) dans l'acclimatation
  2. procurez leur du bois flottant et une nourriture appropriée  Les meilleurs présentoirs que j'ai rencontrés présentaient des "zucchini", nourriture en blocs et des vers de vase décongelés présents à demeure. 
  3. Soyez certains d'éliminer les vers parasites en plongeant ces poissons dans un eau avec une solution ad-hoc(les amateurs peuvent utiliser une alimentation traitée contre les parasites) avant de les réexpédier(si vous le faites).

Conditions environnementales

Habitat :

Si vous prenez le temps de chercher et d'acclimater des otos sains et vous vous cantonnez à leur fournir un habitat approprié avec des espaces sombres, des plantes naturelles et une eau propre et en mouvement avec une haute teneur en oxygène, vous vous rendrez compte que ces poissons sont d'une grande résistance.  Par corollaire, ne vous échinez pas à rendre le système stérile, au contraire ne nettoyez que la paroi de verre du devant en laissant les algues croître à l'intention de votre armée d'otos.  Les Otocinclus ne sont pas nocturnes mais ils apprécient le couvert pour s'y cacher à l'abri de la lumière directe.  L'idéal serait une combinaison de plantes, de bois submergé et d'autres décors.

Chimie/physique

Les Otos présentent une grande tolérance par rapport aux paramètres standards utilisés en aquariophilie.  Ils vivent bien dans une eau douce/dure(400 ppm de dureté totale), acide/alcaline(5,5--->8.0).  Ils ne supportent pas aisément la présence de hautes concentrations de métabolites organiques.  Ni sels ammoniacaux, ni nitrites ne devraient êtres détectés.  Les nitrates devraient être en-dessous de 10 ppm.  Les démarches pour maintenir ces critère sont simples, pas de surpopulation, une nourriture sévèrement contrôlée, une filtration appropriée et une maintenance appropriée et régulière(particulièrement les changements d'eau).  Une pauvre qualité d'eau se manifeste d'elle-même par des décès dus apparemment à une infection bactérienne.

L'échelle des températures varie de 21 à 27°C.  Si les températures estivales sont trop élevées, éteignez votre éclairage et augmentez ou ajoutez de l'aération.(Note du traducteur : pour mon bac marin qui est aussi très sensible à cette augmentation saisonnière de la température, j'ai résolu le problème en installant un petit ventilateur que je fais fonctionner une heure sur deux dès que l'éclairage se met en route jusque son extinction vers 21h, résultat : je ne dépasse plus les 28°C même en cas de fortes chaleurs)

Filtration.

Elle devrait être vigoureuse.  Veillez à ce que toute l'eau passe par le filtre(ne stagne pas en certains endroits), elle doit passer au travers d'un filtre mécanique puis biologique plus en plus éventuellement une partie chimique au moins deux fois par heure.  Aussi longtemps que vos plantes n'en soient pas dérangées, un fort mouvement d'eau est lui aussi recommandé.

Des changements d'eau hebdomadaires de 25% du volume sont recommandés pour maintenir les métabolites à un niveau bas et garder le système "dynamiquement" stable.

Manipulation.

Bien qu'étant techniquement blindés, ces poissons devraient être traités avec précaution, manipulés aussi peu que possible et pêchés uniquement avec des épuisettes à fin maillage.  Evitez de les toucher, cela neutralise l'effet de leur mucus protecteur et ils peuvent se voir emmêlés dans les mailles à cause des petites épines se trouvant dans leurs nageoires dorsale et pectorale.  Quand vous devez les relâcher, plonger l'épuisette dans l'eau en l'inversant et laissez les poissons se libérer eux-mêmes.  Dans le commerce on utilise des épuisettes peu profondes et rectangulaires ou des écrans en fibre de verre pour pêcher les poissons épineux.

Comportement territorial.

Certains loricaires sont littéralement des bourreaux envers leurs frères de race.  Les clowns "plecos" Peckoltia et Panaque en sont un exemple. Tel n'est pas le cas d'Otocinclus, ces poissons fréquentent leurs semblables et d'autres membres du genre, en fait avec presque tous les poissons, sans problème.  On cite des cas où ces poissons chevauchaient d'autres poissons en les parasitant mais cela ne s'est vu que rarement et jamais de façon mortelle pour la victime.  Ce comportement est vraisemblablement le symptôme d'un manque nutritif et un appel du pied à pourvoir à un accroissement de la verdure dans leur régime.

Introduction/Acclimatation.

A cause de leur intolérance vis à vis des métabolites et leur prédilection pour les algues, ces poissons ne devraient être introduits que dans les systèmes bien établis, c'est à dire que les plantes devant être bien enracinées et en développement.

Les Otocinclus devrait être acheté en groupe(un ou deux par dix litres d'eau), ce sont des animaux sociables vivant en groupe et ne pas oublier de les mettre en quarantaine.(Fenner, 1989-1994).

Relations prédateur/proies

Tous les poissons agressifs qu'ils soient petits ou de taille moyenne ne présentent aucun problème pour les Otocinclus, Barbus, gouramis, loches et autres mangeurs de fond.  Les Cichlidés de grande taille et spécialement les espèces embêtantes pourraient bien être tentées de les gober.  Pour l'aquarium de Cichlidés, essayez plutôt de plus grands loricaires.

Reproduction, sexage.

Le sexage des Otocinclus n'est pas difficile mais requiert quand même un oeil entraîné.  A cause de leur petite taille, les écailles définitives couvrant les ouies et la papille génitale du mâle sont difficiles à cerner.  Concentrez-vous sur les femelles, elles sont moins sveltes et plus arrondies d'apparence.

A cause du mélange des espèces dans les envois, j'encourage le futur éleveur à se procurer un stock d'Otocinclus le plus grand possible et évidemment en rapport avec ses moyens financiers.  Il va de soi qu'ensuite la reproduction sera facilité par l'insertion du groupe dans des conditions de vie les plus rapprochées possible de celles rencontrées dans la nature.

Les Otocinclus sont considérés par certains auteurs comme "éparpilleurs" d'oeufs contrairement aux autres poissons ovipares du genre.  Je suis de l'avis de Speice, 1987; Emmens et Axelrod, 1978; Sands, 1988 pour dire qu'ils sont pondeurs d'oeufs adhésifs sur les pierres, parois de l'aquarium et sur les plantes à larges feuilles.  Baensch et Riehl dans leur Atlas indiquent que le couple effectue une danse, s'étreint et laisse environ cinquante oeufs d'un ton crémeux à jaune dans un coin supérieur du bac.  Les jeunes éclosent après 2 à 4 jours.  Leur première nourriture sera des nauplies d'artémia et des épinards hachés.

Nourrissage/Nourriture/Nutrition : types, fréquence, volume, déchets.

L'inadéquation dans les nourrissages et la nutrition est source de mortalité avec ces poissons.  Trois points clés :

Maladies : infectieuses, parasitiques, nutritionnelles, génétiques ou sociales.

Ce membre de la famille des poissons-chats suceurs sud-américains est peu résistant aux effets d'une mauvaise qualité de l'eau.  Cela se voit dans leur susceptibilité à la pollution organique.  Sans un minimum de changements d'eau, une filtration adéquate, les Otocinclus meurent d'une maladie bactérienne.  La qualité de l'eau est une nécessité

A l'importation, des vers internes, le plus souvent du tractus gastro-intestinal et des parois branchiales peuvent être mortels.  Ne croyez pas que votre revendeur ait fait le nécessaire pour leur élimination.  Durant la quarantaine, servez de la nourriture anti-parasite à vos poissons et ce durant une bonne semaine.

Les invasions trop fréquentes d'Ichtyophtirius multifiliis, peuvent être combattues avec succès avec des préparations de malachite avec ou sans formaldéhyde.  Attention dans l'usage de sel, de métal(cuivre) ou d'insecticide(DTHP, Masoten, Dylox, Neguvon), vos poissons y succomberont plus facilement que la maladie dont vous avez entrepris le traitement.

Conclusion.

Les poissons-chats suceurs miniatures du genre Otocinclus rivalisent avec les mangeurs d'algues siamois du genre Crossocheilus pour le titre mondial de meilleur mangeur d'algues dans les aquariums plantés.  Ils sont des petits poissons à bouche en forme de ventouse pacifiques, effacés et industrieux.  Ils se trouvent facilement dans le commerce et ne sont pas chers.

Si vous envisagez de les détenir, rappelez-vous les quatre points essentiels dont je vous ai parlé ici.